Actualités de la Fédération

jeu 24/05/2018

LE CONSEIL D'ADMINISTRATION : 

 (élu lors de l'Assemblée Générale du 15 mai 2018) :

 

COLLÈGE OFFICES DE TOURISME DE COMMUNAUTÉS DE COMMUNES DE MOINS DE 50 000 HABITANTS
Représentants élus :

jeu 24/05/2018

 

Offices de Tourisme de France - Fédération Nationale.

Election du Président et de la Gouvernance.

 

ven 06/04/2018

Madame Pénicaud, Ministre du travail, a dévoilé le lundi 5 mars les grands axes de la future réforme de la formation professionnelle, autour de la monétisation du compte personnel de formation (CPF), d’une gouvernance simplifiée et de la collecte de la contribution fo

randonnée pédestre OT
lun 05/03/2018

Journée itinérance et Offices de Tourisme.

Mercredi 16 mai 2018 de 9h30 à 16h30 au MAS Paris - Rue des Terres au Curé - 75013 Paris (Ligne 14 - Arrêt Olympiades)

 

 

 

 

jeu 04/01/2018

Le lancement officiel de la plateforme DATAtourisme a eu lieu le 12 décembre dernier à Bercy en présence de Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

AUBERGE DE JEUNESSE : VERS UN NOUVEAU RÉGIME

mer 20/07/2016

 

Le projet de loi « égalité et citoyenneté », actuellement examiné par le Parlement, comporte un article relatif aux auberges de jeunesse visant à donner une définition légale.

Le but est de prévenir une utilisation abusive de l’appellation               « auberge de jeunesse » et de sécuriser leur champ d’action en leur conférant une dimension d’intérêt général.

 

UNE DÉFINITION LÉGALE ET UN AGRÉMENT

L’article 19 quater (toujours en cours d’examen au Parlement) définit l’auberge de jeunesse comme «  un établissement agréé au titre de sa mission d’intérêt général dans le domaine de l’éducation populaire et de la jeunesse, exploité par des personnes morales de droit public ou des organismes de droit privé bénéficiaires de l’agrément prévu à l’article 8 de la     loi n°2001 - 624 du 17 juillet 2001 portant diverses dispositions d’ordre social, éducatif et culturel, en vue d’accueillir principalement des jeunes pour une ou plusieurs nuitées, de faciliter leur mobilité dans des conditions qui assurent l’accessibilité de tous et de leur proposer des activités éducatives de découverte culturelle, des programmes d’éducation non formelle destinés à favoriser les échanges interculturels ainsi que la mixité sociale dans le respect des principes de liberté de conscience et de non-discrimination ».

Un agrément « éducation populaire et de jeunesse » de l’Etat sera donc nécessaire à tout établissement pour pouvoir s’appeler « auberge de jeunesse » dont les conditions seront fixées prochainement en Conseil d’Etat. 

Pour les organismes constitués avant la publication de la présente loi et qui utilisent dans leur dénomination les mots         « auberge de jeunesse », ces derniers doivent se conformer aux nouvelles dispositions dans les six mois suivant la publication du décret prévu.

Revenir au sommaire de la NewsOffices n°28

Mots-clefs: