Actualités de la Fédération

ven 10/03/2017

Une délégation d’OTF était présente le 10 mars à Narbonne lors des Rencontres techniques des directeurs d'OT d'Occitanie, puis le 15 mars à Toulouse pour les Rencontres Qualité.

mar 28/02/2017

Que devient le classement de mon Office de Tourisme en catégorie après un regroupement de plusieurs structures, un déménagement, un changement de statut ?

mar 28/02/2017

Trois ans après la création du Titre de « chargé de projets e-tourisme », première certification métier de la branche des organismes de tourisme, Offices de Tourisme de France est fière d’observer la réussite du dispositif.

lun 27/02/2017

Facebook est un outil devenu très utile aux techniciens ou élus des Offices de Tourisme et des Relais Territoriaux pour échanger sur leur travail au quotidien.

lun 27/02/2017

Les regroupements d’Offices de Tourisme ont donné lieu à des transferts de personnel en parallèle, modifiant dans certains cas la nature du contrat de travail : du privé au public ou du public au privé.

PARLONS TOUS LE MÊME LANGAGE !

mar 24/03/2015

Office de Tourisme ou Maison du Tourisme ? Bureaux d’Information Touristique ou Point d’Information Touristique ? À ce jour, on assiste à un certain flou sémantique. Tour d’horizon des recommandations relatives à la terminologie…                                                                            

La primauté aux termes du Code du tourisme

Depuis 2006, le Code du tourisme à l’article L133-1 ne reconnait plus qu’un seul organisme local du tourisme, institué par une commune ou un groupement de communes (EPCI), sous l’appellation « Office DE Tourisme ».

NB : le terme « Maison du Tourisme » est souvent utilisé. Il s’agit, en l’occurrence, d’un choix effectué par la collectivité qui est autorisé, mais qui n’est pas reconnu par le Code du tourisme.

Le terme « Office du Tourisme » (qui différenciait les EPIC des autres statuts juridiques jusqu’en 2004) a été définitivement abandonné et n’est plus à utiliser aujourd’hui.

D'autre part, la montée en puissance de l’intercommunalité a multiplié la configuration suivante avec :

  • Un « Office de Tourisme », structure juridique décisionnelle intercommunale, autrement dit la « maison mère ». Il s'agit du lieu du siège social, fréquemment situé dans la commune chef-lieu de l’EPCI ou dans la commune ayant la plus forte touristicité,
  • Un ou plusieurs lieux d'accueil constitués en « Bureaux d’Information Touristique », implantés dans les communes ou sites touristiques du territoire intercommunal par l’Office de Tourisme communautaire. Ces bureaux (ouverts à l’année ou en saison) n’ont pas d’existence juridique propre car créés par l’Office de Tourisme maison-mère (ou issus de transformations d’anciens Offices de Tourisme communaux).

NB : l’appellation « Bureau d’Information Touristique », inscrite à l’article L133-3-1 du Code du tourisme, est donc préférable aux termes « antenne », « point d’information touristique » ou autres. Dans leur signalisation, ces B.I.T peuvent vis-à-vis du visiteur arborer l'enseigne des Offices de Tourisme de France.

Office de Tourisme et… quoi d’autres ?

En fonction de la stratégie de la collectivité, les exécutifs locaux peuvent attribuer à l’Office de Tourisme d’autres missions complémentaires dès lors que celles-ci restent en cohérence avec le tourisme (activité transversale). On compte ainsi de nombreux « Offices de Tourisme et des Congrès » qui sont les plus communément institués. Mais, on dénombre également des « Offices de Tourisme et des Loisirs », une « Maison du Tourisme et des Projets », des « Offices de Tourisme et de la Culture » ou encore des « Offices de Tourisme, de l’Artisanat et du Commerce ».

Si la complémentarité des missions peut présenter un intérêt bénéfique, le tourisme doit néanmoins demeurer l’activité prioritaire de l’Office de Tourisme afin d’éviter la dispersion des énergies. L’intérêt est de maintenir une cohérence et une reconnaissance de notre réseau composé, avant tout, d’organismes de référence pour le tourisme au service des visiteurs, des socio-professionnels et des habitants de chaque territoire.

Les périmètres de compétence : comment s’y retrouver ?

Les « Zones Géographiques d’Intervention » sur lesquelles s’exerce la compétence des Offices de Tourisme sont aujourd’hui très variables.

Offices de Tourisme de France® propose d’adopter la terminologie suivante pour qualifier les principaux modes d’organisation territoriale des Offices de Tourisme :

  • Office de Tourisme communal : il s’agit d’un Office de Tourisme institué ou soutenu par une commune seule (certains adoptent le terme office municipal de tourisme). Conformément à la loi NOTRe et à la loi Montagne, substitueront uniquement dans cette catégorie les Offices de Tourisme créés ou maintenus par des stations classées de tourisme.
  • Office de Tourisme communautaire : il s’agit d’un Office de Tourisme institué directement par un EPCI : communauté de communes, communauté d’agglomération, communauté urbaine. Il peut être composé de plusieurs Bureaux d'Information Touristique.
  • Office de Tourisme métropolitain : il s'agit d'un Office de Tourisme institué par une métropole (avec ou sans Bureaux d'Information Touristique).
  • Office de Tourisme intercommunal : on désigne un Office de Tourisme dont le périmètre comprend plusieurs communes, mais qui n’est pas institué directement par un EPCI (dans ce cas, le périmètre s’étend bien souvent par le biais de convention entre l’Office de Tourisme et d’autres communes). Après la loi NOTRe, cette organisation par convention tendra à disparaître.
  • Office de Tourisme intercommunautaire : on désigne un Office de Tourisme dont la zone géographique d'intervention comprend plusieurs EPCI, institué par délibérations concordantes de ces dernières. Il peut être composé de plusieurs Bureaux d'Information Touristique (avec ou sans Bureaux d'Information Touristique).
  • Office de Tourisme communautaire à compétence territoriale limitée : la loi NOTRe permet le maintien au sein d'une même intercommunalité le maintien ou la création de plusieurs Offices de Tourisme comme alternative à la création d'un Office de Tourisme communautaire (structure juridique unique). Ces Offices de Tourisme sont communautaires (gouvernance et financement par l'intercommunalité), mais sur un territoire limité.

Remarque : la mention systèmatique du périmètre de compétence dans la désignation de l'Office de Tourisme n'est utile que pour les documents institutionnels, administratifs ou politiques pour identifier la collectivité de tutelle. Cette mention ne présente aucun intérêt pour le visiteur dans les documents de communication.