Actualités de la Fédération

jeu 24/05/2018

LE CONSEIL D'ADMINISTRATION : 

 (élu lors de l'Assemblée Générale du 15 mai 2018) :

 

COLLÈGE OFFICES DE TOURISME DE COMMUNAUTÉS DE COMMUNES DE MOINS DE 50 000 HABITANTS
Représentants élus :

jeu 24/05/2018

 

Offices de Tourisme de France - Fédération Nationale.

Election du Président et de la Gouvernance.

 

ven 06/04/2018

Madame Pénicaud, Ministre du travail, a dévoilé le lundi 5 mars les grands axes de la future réforme de la formation professionnelle, autour de la monétisation du compte personnel de formation (CPF), d’une gouvernance simplifiée et de la collecte de la contribution fo

randonnée pédestre OT
lun 05/03/2018

Journée itinérance et Offices de Tourisme.

Mercredi 16 mai 2018 de 9h30 à 16h30 au MAS Paris - Rue des Terres au Curé - 75013 Paris (Ligne 14 - Arrêt Olympiades)

 

 

 

 

jeu 04/01/2018

Le lancement officiel de la plateforme DATAtourisme a eu lieu le 12 décembre dernier à Bercy en présence de Delphine Gény-Stephann, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Économie et des Finances.

SPL : VERS DES SOCIO-PROFESSIONNELS AVEC VOIX DELIBERATIVE ?

lun 18/04/2016

Récemment, un article d’un juriste de la sous-direction du tourisme à Bercy n’exclut pas la possibilité pour les socio-professionnels de participer, avec voix délibérative, aux instances dirigeantes des Offices de Tourisme en SPL.

Il s'agit d'une interprétation juridique personnelle, mais qui pourrait donner un coup d’accélérateur à ce statut juridique encore faiblement adopté, mais non sans intérêt…
 

COMMISSION CONSULTATIVE OU VOIX DÉLIBÉRATIVE ? 

La règle qui prévalait jusqu’alors dans le cas de la constitution d’un Office de Tourisme sous la forme d’une SPL était la suivante : dans la mesure où il s'agit d'une société à capital intégralement public (deux collectivités actionnaires au minimum), les acteurs privés ne peuvent ni participer au capital, ni même siéger avec voix délibérative

Pour respecter la pluralité de l’économie touristique constituée d’acteurs privés, les SPL Offices de Tourisme avaient recours à la création de commission ad hoc consultative réunissant les socio-professionnels de leur territoire.

Ces commissions ad hoc avaient d’ailleurs trouvé un fondement juridique grâce à l’article 1-10° du décret n°2015-1002 du 18 août 2015 portant diverses mesures de simplification et d’adaptation dans le secteur du tourisme.

En février dernier, une étude fort intéressante, rédigée par un juriste de la sous-direction du tourisme à Bercy démontre que « l’incompatibilité supposée entre le droit des SPL et celui des Offices de Tourisme résulte en fait d’une lecture trop hâtive de la règlementation en vigueur » (cf. numéro 8 de la revue La Semaine juridique Administrations et Collectivités territoriales dont l'article intégral est à télécharger ci-dessous).

Ce dernier poursuit en affirmant qu’« aucune disposition ne semble empêcher aux SPL de satisfaire aux obligations posées par l’article L133-19 du Code du tourisme. Les acteurs privés du tourisme peuvent, par conséquent, régulièrement siéger, avec voix délibérative, dans l’organe délibérant d’un office de tourisme constitué en SPL ».

A ce stade, cette étude est néanmoins à prendre avec la plus grande des précautions.

 

Communes actionnaires des Offices de Tourisme en SPL ? attention Prudence…

La nouvelle est tombée en début d’année et elle nous vient des Hautes-Alpes. Dans la Vallée de l’Ubaye, la Préfecture des Hautes Alpes a rejeté la constitution au niveau intercommunal d’un Office de Tourisme sous la forme d’une Société Publique Locale car les communes étaient actionnaires.

 En effet, depuis la loi NOTRE, les communes ont perdu leur compétence tourisme dont la création d’offices de tourisme (sauf a priori les stations classées ou « marques territoriales protégées » qui feront l'objet de modifications législatives). Par conséquent, les communes ne peuvent plus intervenir dans un organisme dédié entièrement au tourisme. Seul l’EPCI, au niveau du bloc local, peut intervenir aux côtés d’autres collectivités éventuelles (département, région).

En revanche, s’il s’agit d’une SPL intégrant la gestion d’autres compétences que celle du tourisme et/ou des équipements communaux, la commune peut en être actionnaire. 

Fichiers complémentaires