Actualités de la Fédération

mer 11/09/2019

Chers adhérents

La Fédération Nationale quitte ses locaux de la rue de Clichy dans le 9ème arrondissement, pour 
s’installer au 15 avenue Carnot dans le 17ème arrondissement.

Nous vous remercions par avance de prendre en compte ce changement d'adresse.

mer 11/09/2019

Depuis le mois d'août, une nouvelle personne vient d’intégrer l’équipe permanente d’Offices de Tourisme de France® !

mar 23/07/2019

Dans un contexte touristique en pleine évolution, de nouvelles formes d’activités et pratiques innovantes voient le jour et de nouveaux acteurs émergent pour réinventer une offre au plus près des aspirations du consommateur. Le tourisme d’hier n’est plus le tourisme d’aujourd’hui !

mar 02/07/2019

NB : « L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération »

AUBERGE DE JEUNESSE : VERS UN NOUVEAU RÉGIME

mer 20/07/2016

 

Le projet de loi « égalité et citoyenneté », actuellement examiné par le Parlement, comporte un article relatif aux auberges de jeunesse visant à donner une définition légale.

Le but est de prévenir une utilisation abusive de l’appellation               « auberge de jeunesse » et de sécuriser leur champ d’action en leur conférant une dimension d’intérêt général.

 

UNE DÉFINITION LÉGALE ET UN AGRÉMENT

L’article 19 quater (toujours en cours d’examen au Parlement) définit l’auberge de jeunesse comme «  un établissement agréé au titre de sa mission d’intérêt général dans le domaine de l’éducation populaire et de la jeunesse, exploité par des personnes morales de droit public ou des organismes de droit privé bénéficiaires de l’agrément prévu à l’article 8 de la     loi n°2001 - 624 du 17 juillet 2001 portant diverses dispositions d’ordre social, éducatif et culturel, en vue d’accueillir principalement des jeunes pour une ou plusieurs nuitées, de faciliter leur mobilité dans des conditions qui assurent l’accessibilité de tous et de leur proposer des activités éducatives de découverte culturelle, des programmes d’éducation non formelle destinés à favoriser les échanges interculturels ainsi que la mixité sociale dans le respect des principes de liberté de conscience et de non-discrimination ».

Un agrément « éducation populaire et de jeunesse » de l’Etat sera donc nécessaire à tout établissement pour pouvoir s’appeler « auberge de jeunesse » dont les conditions seront fixées prochainement en Conseil d’Etat. 

Pour les organismes constitués avant la publication de la présente loi et qui utilisent dans leur dénomination les mots         « auberge de jeunesse », ces derniers doivent se conformer aux nouvelles dispositions dans les six mois suivant la publication du décret prévu.

Revenir au sommaire de la NewsOffices n°28

Mots-clefs: